Conjoints aidés

Il ne voit pas que je suis épuisée

Hélène Bonhomme 30 mai 2017
Partager
l'article sur


Lorsqu’on est épuisée, rien de pire que de ne pas se sentir comprise par son conjoint ! Et rien de plus frustrant que de le voir passer à côté de vous sans même remarquer votre souffrance. Comment s’y prendre pour lui dire que l’on est sur le point de craquer ?

3 étapes avec mon invitée de la semaine : Moïra Mikolajczak, spécialiste du burn-out parental et auteure de Le burn out parental, l’éviter et s’en sortir.

  1. Ne pensez jamais que votre conjoint devrait savoir

Ce sont les prémices essentiels à votre survie ! Ne pensez jamais que votre conjoint devrait savoir que vous souffrez, et à quel point vous souffrez. Cette erreur très commune vient de l’illusion de transparence : plus on est proche de quelqu’un, plus on a l’illusion qu’il est censé savoir et comprendre ce qui se passe dans notre tête… Or Non, nous ne sommes pas si transparentes que ça… non, il n’est pas si facile pour nos conjoints de comprendre nos émotions !

  1. Parler… de manière audible !

Ne dites pas :

“J’en ai ras-le-bol”, “Tu ne m’aides jamais”, “J’en peux plus de tout gérer”…

Ces phrases, votre conjoint ne peut pas les entendre, parce qu’il se sentira forcément agressé. Il se mettra sur la défensive et vous vous sentirez encore moins comprise !

Dites plutôt, de manière non agressive, à votre conjoint ce que vous attendriez de lui :

  • “Je me sens fatiguée / triste / à fleur de peau / …”
  • “Je me suis rendue compte que ce qui m’épuise, c’est…”
  • “Est-ce que ce serait possible pour toi de… ?”

Pour un homme, tout ceci sera limpide, parce qu’on lui donne une mission ! Si l’on parvient à le dire de manière extrêmement claire et non culpabilisante, il va facilement l’intégrer et rapidement se mettre en action.

Bref, exprimez-vous de manière audible et constructive !

Attention : ne passez pas à l’étape 2 sans être passé d’abord par l’étape 1. Pour être capable d’exprimer son épuisement à son conjoint, il faut avoir fait déjà le bilan de son côté !

  1. Réorganiser le quotidien ensemble

Comprenez bien que la répartition des tâches ne doit forcément être équivalente, mais équitable ! La même tâche ne va pas peser de la même manière sur les deux conjoints : l’un va être horripilé par le fait de sortir les poubelles, tandis que pour l’autre, cela ne consiste en rien d’insurmontable !

Attention : cette troisième étape est la plus délicate. Ne vous précipitez pas avant d’avoir pratiqué plusieurs fois les étapes 1 et 2 !

L’objectif est donc, à terme, de parvenir à réfléchir paisiblement et ENSEMBLE à une réorganisaton de la vie domestique qui vous permette de ne plus être constamment sous pression.

Commencez par choisir en premier l’élément qui vous épuise le plus. Un tâche que, réalistement, votre conjoint pourrait prendre en charge pour vous soulager (le bain du soir ? le taxi du mercredi ? les devoirs de maths ?)

L’idée est que les 2 partenaires puissent trouver un équilibre : créer une sorte de vase communicant pour que l’un puisse soulager l’autre dans les situations qui l’épuisent le plus, et inversement.

À lire : Moïra Mikolajczak, Le burn out parental, l’éviter et s’en sortir.

Revenir au dossier : Mamans épuisées : les réflexes pour s’en sortir



Partager
l'article sur


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 3 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

Articles similaires

Conjoints aidés

Les émotions de l’aidant #2 Le sentiment d’injustice

Il y a quelques semaines, je me suis lancée le défi d’explorer la palette des émotions que nous traversons quand…

Enfants extraordinaires

Les émotions de l’aidant #1 La culpabilité

Je les lis bien souvent dans les lignes que vous me partagez dans vos échanges, que ce soit par mail…

Conjoints aidés

Je l’ai vu devenir aidant

Il y a encore quelques mois, il profitait de sa vie de jeune retraité. Ses projets : passer son permis…